Le vélo est de plus en plus présent en ville et nombreux sont les nouveaux cyclistes qui utilisent leur vélo comme moyen de locomotion principal. Malheureusement, en parallèle de cette croissance, il y a également de nombreux vols de vélos en France.

 

Tous les cyclistes sont concernés par ce problème et redoutent le vol de leur moyen de transport. Cela peut même décourager certaines personnes à se mettre au vélo en ville. Or, il existe des techniques efficaces pour dissuader les potentiels voleurs et éviter le vol de son vélo.

 


Bien choisir son antivol

 

Trop souvent négligé par les cyclistes, l’antivol est pourtant l’équipement indispensable pour la sécurité de votre vélo.

En effet, en plus de son rôle de protecteur, l’antivol a également une fonction de dissuasion.
Il est donc très important d’investir dans un antivol.


De plus, il faut bien choisir son antivol ! Tous les types ne se valent pas et certains sont plus efficaces que d’autres.
Les antivols les plus courants sont les suivants :

 

• Le câble :

 

Antivol cable

 

Les antivols type câble sont très utilisés pourtant ils ne sont pas efficaces pour une protection totale de votre vélo.
En effet, les antivols de ce type sont facilement sectionnables et votre vélo n’est donc pas à l’abri du vol.


Cependant, ils peuvent être utilisés en complément d’un antivol type U ou d’un antivol pliable pour une meilleure sécurité. En effet, il est recommandé d’utiliser deux antivols pour une meilleure dissuasion et pour sécuriser l’intégralité de votre vélo.


Les câbles antivols ont l’avantage d’être assez souple et sont faciles à mettre en place. De plus, ils sont généralement proposés à petits prix. Il existe des antivols type câble à clé ou à cadena.

 

• La chaîne :

 

Antivol chaîne

Les antivols type chaîne offrent une meilleure protection que les antivols type câble.

Cependant, les maillons de l’antivol doivent être relativement épais pour que le voleur ne puisse sectionner facilement votre antivol.

 

Facile à transporter et à mettre en place, l’antivol type chaîne offre un bon niveau de sécurité quand il est de bon qualité.

Tout comme les antivols type câbles, pour une meilleure protection vous pouvez l’utiliser en complément d’un antivol type U.

 

 

 

 

• Le U :

 

Antivol type U

Les antivols en U sont les plus efficaces et les plus fiables. En effet, ils garantissent une très haute protection pour votre vélo.

L’antivol type U est un indispensable pour tous les cyclistes.
La force de ces antivols en U réside dans le fait qu’ils résistent aux chocs physiques et aux chocs thermiques.
Ainsi, contrairement aux antivols type chaîne ou câble, les antivols en U ne peuvent être coupés à l’aide d’une simple pince.

 

Certains antivols type U sont trop courts et il n’est pas toujours facile de les mettre, c’est pourquoi nous vous conseillons d’investir dans un antivol en U long.

Moins facilement transportable qu’un antivol câble ou chaîne, un antivol en U reste un meilleur investissement grâce à son efficacité.

 

• Le pliable :

 

Antivol pliable

Moins connus que les précédents, les antivols pliables sont pourtant un bon compromis entre les antivols type U qui peuvent être encombrants et les antivols type câble ou chaîne qui ne sont pas assez résistants.

 

En effet, les antivols pliables sont conçus dans la même matière que les antivols type U ce qui garantie une bonne solidité. Cependant, comme leur nom l’indique, ils sont également pliables.


Les articulations présentes sur un antivol pliable lui offre une meilleure flexibilité que les antivols en U.
Ainsi, cela permet de le transporter plus facilement et de le fixer avec plus d'aisance.

 


Bien attacher son vélo

 

Avoir un antivol ne suffit pas à sécuriser votre vélo. Vous devez également le garer dans un endroit sûr et l’attacher à un point fixe, c’est-à-dire un élément assez solide et ancré dans le sol qui ne peut pas être démonté.

Pour plus de sécurité, privilégiez l’attachement de votre vélo dans une rue ou un lieu passant. La foule joue un rôle dissuasif sur le voleur car il ne pourra pas sectionner votre antivol sans risquer de se faire interpeller par un passant.

En effet, attacher votre vélo sur un point mobile ou instable rend votre antivol inutile. Si l’antivol peut s’enlever du point d’attache, votre vélo risque tout autant de se faire voler que si vous n’aviez pas d’antivol.


Votre antivol doit également être bien mis. Cela signifie qu’il doit passer dans une roue, votre cadre et dans le point fixe. Attacher votre vélo seulement par une roue n’est pas suffisant pour sa sécurité car une roue est facilement démontable.
Une fois la roue enlevée, le voleur n’aura plus qu’à partir avec votre vélo sous le bras.


Une fois de retour chez vous, stockez votre vélo dans un endroit sûr et difficilement accessible. Si vous avez un garage ou un local à vélo qui se ferme à clé, c’est l’endroit idéal.
Cependant, même dans un local fermé votre vélo risque d’être volé. En effet, la moitié des vélos sont volés dans des locaux privés fermés.
C’est pourquoi vous devez quand même attacher votre vélo avec votre antivol.


Si vous n’avez pas de local fermé où mettre votre vélo, nous vous conseillons, si vous avez la place, de le stocker dans votre appartement ou maison. Mieux vaut ne pas le laisser dans la rue toute une nuit !

 

Sécuriser ses pièces amovibles.

 

Les vélos sont généralement équipés d’attaches rapides qui permettent d’enlever facilement les pièces amovibles de votre vélo telles que les roues ou la selle. Cependant, bien que très pratique pour le remplacement et le réglage de vos pièces, ces attaches rapides facilitent le vol.


Pour plus de sécurité, il existe des accessoires comme les colliers de serrage. Les colliers de serrage vont venir tenir la tige de selle de votre vélo au cadre. Ainsi, votre selle ne sera plus aussi facilement ôtable.


Pour les roues de votre vélo, vous pouvez remplacer les blocages rapides par des axes antivols de roues. Ces axes, contrairement aux blocages rapides traditionnels, ne s’enlèvent qu’à l’aide d’une clé spéciale. Il faut dévisser les boulons ce qui rend le travail pour un voleur plus fastidieux.

 

Identifier son vélo

 

Dès l’acquisition de votre vélo, vous devez le marquer pour qu’il puisse être identifié. En effet, sur les 400 000 vélos volés par an, environ 100 000 sont retrouvés mais ne peuvent être restitués car ils ne sont pas identifiés.


Identifier son vélo ne permet donc pas d’échapper au vol, même si cela peut avoir un impact dissuasif sur le voleur. Cependant, cette identification peut permettre de récupérer son vélo s’il est retrouvé par les autorités.


En France, le marquage Bicycode a été développé.
Bicycode répertorie donc tous les vélos marqués ce qui permet, lorsqu’un vélo est retrouvé, de rendre le vélo à son propriétaire. De plus, depuis 2015, Bicycode s’est associé aux forces de l’ordre qui ont maintenant accès à leur base de données.


Pour faire marquer votre vélo, vous devez vous rendre chez un opérateur Bicycode avec votre vélo, une pièce d’identité et la facture de votre vélo.
Une fois le marquage validé, vous disposerez du passeport de votre vélo ce qui vous permettra de l’enregistrer dans la base de données Bicycode. Cette opération coûte entre les 5 et 10€.

Avec la loi mobilité votée par le gouvernement en 2019, tous les vélos vendus doivent maintenant être marqués.

 

Choisir une assurance vélo

 

Afin de vous garantir une indemnité en cas du vol de votre vélo, vous pouvez souscrire à une assurance vélo.
Pour cela, vous pouvez vous rendre chez votre assureur ou choisir un nouvel assureur spécialisé dans les vélos.

 

 

Si malgré tous ces conseils vous êtes victime du vol de votre vélo, vous devez vous rendre dans le commissariat le plus proche pour déposer plainte.
De plus, si votre vélo a bien été identifié, les forces de l’ordre peuvent le retrouver et vous le restituer.